En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux et d'établir des statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus et paramétrer vos choix, cliquez-ici.
Accepter

NotreMAGAZINE

De vous à nous. Retrouvez les dernières interviews de nos experts, nos évènements marquants, nos points de vue et toutes nos nouveautés.

Zoom sur le groupe Tarkett...

Nos Publications


Quel est le modèle de management du groupe Tarkett depuis son introduction en bourse en 2013 ? Comment insufflez l'innovation au sein du leader mondial de revêtements de sol et de surface sportives ? Réponses avec les interviews de Michel Giannuzzi - Président du Directoire - et d'Anne-Christine Ayed - Directrice Recherche, Innovation & Environnement.

Les collaborateurs : la valeur de l'entreprise

Michel Giannuzzi
Président du Directoire



Vous avez rejoint Tarkett en qualité de Président du Directoire en 2007. Quel a été votre premier constat ?

À mon arrivée il y a un peu plus de huit ans, Tarkett était encore une fédération de PME qui étaient profitables mais qui évoluaient séparément et de manière très indépendante.
L’une de mes toutes premières actions a été de réunir les dirigeants de chaque division pour définir nos valeurs communes. Depuis, fort de 20 acquisitions, je n’ai eu de cesse de renforcer et de partager la culture Tarkett et nos valeurs.
C’est d’ailleurs un facteur déterminant dans la sélection de nos futurs partenaires et la clé d’une intégration réussie. J’attache ainsi une grande importance à fédérer tous nos collaborateurs autour d’une vision et de valeurs communes.

Depuis l’introduction en bourse de Tarkett en 2013, quel a été l’impact sur l’organisation et le modèle de management du Groupe ?

Tout en étant coté en bourse, Tarkett a avant tout souhaité conserver un mode de fonctionnement souple et décentralisé qui ne s’apparente pas au modèle traditionnel d’un grand groupe. Notre ambition : lutter contre la bureaucratie tout en mettant en place des procédures très structurantes nous permettant de garder un certain contrôle. Il est indispensable que chacun puisse conserver une grande autonomie tout en assumant ses responsabilités.

Ces dernières années, Tarkett a été confronté à des conditions macroéconomiques difficiles et les équipes ont su les traverser avec beaucoup d’agilité. J’ai l’intime conviction que c’est notre organisation qui nous
a permis d’être plus réactifs et résilients. Tarkett, c’est avant tout des femmes et des hommes et ce sont eux qui constituent la valeur de l’entreprise.

Depuis l'introduction en bourse, nous nous sommes attachés à développer les relations avec nos investisseurs. Bien entendu je les rencontre régulièrement, mais je suis contre la tyrannie des résultats trimestriels : nous existons depuis 130 ans et nous travaillons pour les 130 prochaines années, tout en étant convaincus que ce sont les bons résultats d’aujourd’hui qui permettent d’investir sereinement pour l’avenir.

J'ai plaisir à rencontrer et discuter avec nos investisseurs.


Comment Tarkett compte-t-il créer de la valeur de manière durable pour ses clients ?

L’objectif premier de Tarkett c’est la satisfaction client. Cela fait partie intégrante de notre vision d’être leader mondial en solutions innovantes de revêtements de sol et de surfaces sportives, qui génèrent de la valeur pour nos clients de manière durable. Pour y arriver, il faut avant tout identifier et comprendre leurs besoins. Ainsi, au-delà des remontées d’information que je qualifierais de « classiques » telles que les enquêtes de satisfaction client, nous organisons des sessions de brainstorming créatif ou des forums d’innovation qui donnent la possibilité aux collaborateurs et partenaires d’échanger sur des sujets prédéfinis. L’innovation, et en particulier l’éco-innovation portée par Anne-Christine Ayed depuis 2009, est également un levier de création de valeur important pour nos clients et nos actionnaires.

SPICE

Suppliers

  • Intégration des critères ESG dans la sélection des fournisseurs avec notamment 72% des matières premières achetées auprès de fournisseurs engagés en faveur des principes du pacte mondial.
  • Accompagnement des fournisseurs pour améliorer leur démarche RSE.

Society

  • Développement de synergies mondiales pour mieux servir les actions locales.

State

  • Forte proactivité sur la réglementation et anticipation des risques réglementaires futurs dans la conception des produits.

SPICE

People

Pratiques RH particulièrement avancées :

  • Programme d’intégration systématique pour les nouveaux collaborateurs avec un système de parrainage et la rédaction d’un rapport d’étonnement.
  • Valorisation des réalisations des collaborateurs par des initiatives telles que les Tarkett Awards.
  • Formation et renforcement des compétences via un nouveau programme lancé en 2014 ou par l’intermédiaire de Manager@Tarkett et Talent Review.
  • Lancement d’un intranet facilitant la collaboration et la gestion de projets par des équipes pluridisciplinaires et encourageant la création de communautés.
  • Enquêtes de satisfaction salariés conduites tous les 2 ans avec des résultats supérieurs à ceux des comparables.
  • Analyse approfondie de la compatibilité des valeurs et des cultures d’entreprise précédant chaque acquisition.

SPICE

Investors

  • Très bonne intégration des enjeux de développement durable dans la stratégie du Groupe, centrée autour de 4 piliers : perspectives, personnes, planète et profits.
  • Un management de qualité, compétent, avec un excellent track-record.
  • Audits réguliers réalisés sur 92% des activités du Groupe au cours des quatre dernières années.


L'éco-design, un pilier essentiel de notre stratégie d'innovation

Anne-Christine Ayed
Directrice Recherche, Innovation & Environnement


Vous avez rejoint Tarkett en 2009 pour prendre en charge la direction Recherche et Innovation. Comment insufflez-vous l’innovation au sein du Groupe ?

Persuadé que la croissance organique est avant tout alimentée par l’innovation, Michel Giannuzzi a souhaité restructurer la fonction Recherche et mettre l’innovation au coeur de la stratégie du Groupe. C’est dans cette optique qu’il m’a nommée Directrice Recherche, Innovation et Environnement. Nous avons ainsi créé une unité fonctionnelle constituée de chefs de projets, experts scientifiques et techniciens, soit une trentaine de collaborateurs. Conformément à l’esprit entrepreneurial qui règne dans l’entreprise, nous avons développé la stratégie d’innovation du Groupe et l’avons déployée à l’échelle mondiale auprès de 180 collaborateurs R&D.
Celle-ci repose sur un processus d’innovation organisé, concentré sur quatre domaines :

  • l’éco-conception et l’intégration des enjeux environnementaux à chaque étape de la vie du produit en vue de développer un modèle d’économie circulaire ;
  • les solutions modulaires et personnalisées, permettant une installation rapide et facile, et la création de designs uniques ;
  • l’élaboration de nouveaux procédés de fabrication et leur optimisation permettant de renforcer l’excellence opérationnelle du Groupe.

Le Groupe a ainsi bénéficié de l’ensemble des innovations développées ces dernières années, pour lesquelles Tarkett a souvent été pionnier notamment en matière d’éco-innovation. Nous avons également lancé, en 2014, un nouveau service FloorInMotion pour le secteur de la santé, concept très innovant de sol connecté et intelligent capable de détecter et d’alerter en cas de chutes.

Tarkett promeut sa vision d'une économie circulaire globale en mettant en oeuvre son modèle de design en circuit vertueux (« closed-loop circular design ») selon les principes Cradle to Cradle® déployés dans l’ensemble de ses activités à travers le monde. Crédit : Tarkett

Vous êtes également en charge de l’environnement. Vous avez justement évoqué l’écoconception comme axe majeur d’innovation. Pouvez-vous nous expliquer comment Tarkett a pu devenir un acteur de référence de l’économie circulaire ?

Lorsque je travaillais sur les sujets de fin de vie des produits chez DBA (DIM Brand Apparel), j’ai eu la chance d’être en contact avec Michael Braungart, fondateur de l’Environmental Protection Encouragement Agency (EPEA) et à l’origine du concept Cradle to Cradle®.
En rejoignant Tarkett, j’ai pensé qu’il serait judicieux d’organiser une rencontre entre Michel Giannuzzi et Michael Braungart. Michel a tout de suite été convaincu du bien-fondé des démarches préconisées par M. Braungart, à tel point que l’éco-design est devenu un pilier essentiel de notre stratégie d’innovation.
Dans la conception et la fabrication de nos produits, nous sommes attentifs non seulement aux choix des matériaux, à une utilisation responsable des ressources tout au long de nos opérations industrielles, mais également à l’usage de nos produits (qualité de l’air intérieur, facilité d’installation et d’entretien) et au respect du modèle en boucle fermée en nous assurant que les produits peuvent être recyclés en fin d’usage.

Ainsi, nous avons pour objectif d'ici 2020 de réaliser des analyses Cradle to Cradle® sur 100% des matières utilisées.

Ainsi, nous avons pour objectif d’ici 2020 de réaliser des analyses Cradle to Cradle® sur 100% des matières utilisées. D’ailleurs, pour plus de 80%, nous disposons déjà de rapports de l’EPEA.

Ces rapports ne signifient pas forcément que nos produits sont tous vertueux d’un point de vue environnemental. Toutefois, ils nous permettent de mieux comprendre leur composition pour ensuite chercher à les améliorer avec des matériaux plus respectueux de l’environnement et de la santé.

L’environnement est un enjeu de taille. Michel Giannuzzi est prêt à y consacrer les ressources nécessaires, voire même à accepter des retours sur investissement plus longs sur certains sujets jugés clés.

D’ailleurs, à un moment où tout le monde ne parlait que d’impact carbone, Tarkett a toujours eu une vision holistique du développement durable en prenant aussi en considération les ressources utilisées et la santé.

À ce propos, vous avez pris un engagement fort avec le développement de revêtements de sol sans phtalate ?

En effet, nous sommes également très attentifs aux enjeux de santé publique. Il serait d’ailleurs complètement irresponsable de la part d’une société comme la nôtre de ne pas nous en préoccuper. Nos produits sont essentiellement utilisés en intérieur ; ils ont donc un rôle important à jouer sur la qualité de l’air.

Aussi avons-nous pris deux engagements majeurs. D’abord, nous avons multiplié les efforts pour formuler des produits à très faibles émissions de composés organiques volatils. Les émissions de nos produits sont ainsi 10 à 100 fois inférieures aux standards les plus stricts dans le monde.

Ensuite, nous nous sommes engagés, en 2013, à déployer la technologie de plastifiants sans phtalate pour notre gamme de sols vinyles. Dès 2009, nous avions d’ailleurs lancé une première gamme conçue à base de plastifiants sans phtalate. Nous n’hésitons pas à reformuler nos produits pour trouver des alternatives avant même l’entrée en vigueur de nouvelles réglementations et ainsi répondre aux nouvelles exigences des consommateurs. Pendant 3 ans, 50% des ressources de R&D pour nos sols vinyles ont été consacrées au développement de la technologie sans phtalate. Aujourd’hui, les discussions sur les phtalates et les perturbateurs endocriniens nous donnent raison. Grâce à cette initiative ambitieuse et pionnière, valorisée par un grand nombre de nos clients, nous sommes aujourd’hui très bien positionnés.

Source : Tarkett. Restart® by Tarkett

SPICE

Clients

  • Groupe très innovant, avec plus de 180 collaborateurs dans le monde dédiés à la R&D, et disposant de 24 laboratoires et d'un centre international de recherche et d'innovation, avec notamment une cellule "tendances et projections" visant à comprendre les préoccupations et centres d'intérêt des clients. Souvent pionnier dans le développement de nouveaux produits tels que les sols connectés avec le concept FloorInMotion, les sols sans phtalate, la limitation des émissions de COV (composés organiques volatils)…
  • Enquêtes de satisfaction clients menées tous les deux ans. Plus de 6 300 clients sondés.
  • Stratégie de distribution adaptée aux différents segments dans lesquels le Groupe intervient, et des offres dédiées à chaque marché répondant aux attentes locales des clients.
  • Faible concentration client : le premier client représente moins de 5% du chiffre d’affaires total. Mix de ventes diversifié géographiquement.

SPICE

Environnement

  • Attention particulière portée à l’économie circulaire et l’éco-conception avec déjà 80% des matériaux évalués selon les principes Cradle to Cradle® en 2015. Le groupe préfère parler d’une fin d’usage plutôt que d’une fin de vie pour ses produits. Collaboration avec Michael Braungart de l’EPEA pour accélérer les progrès sur ces enjeux.
  • Leader des sols sans phtalate. D’ici 2020, tous les produits fabriqués par Tarkett seront sans phtalate.
  • Amélioration de la qualité de l’air intérieur par le développement de sols avec de très faibles émissions de composés organiques volatils (COV).


Né en 1964, Michel Giannuzzi est diplômé de l’Ecole Polytechnique et de la Harvard Business School. Nommé Président du Directoire de Tarkett en septembre 2007, Michel Giannuzzi a consacré l’essentiel de sa carrière à l’industrie, en France et à l’international. De 1988 à 2001, il a occupé plusieurs postes au sein du groupe Michelin. Fort d’expériences réussies dans le secteur de la production en France et au Royaume-Uni, il a ensuite dirigé une nouvelle unité utilisant des technologies très innovantes de production de pneumatiques, puis a pris en charge la réorganisation de la chaîne d’approvisionnement en Europe, avant d’être nommé Président de Michelin Japon. En 2001, il rejoint le groupe Valeo en tant que Vice-Président et membre du comité exécutif, successivement responsable au niveau mondial des activités Systèmes Électriques puis des activités Systèmes d’Essuyage.

Anne-Christine Ayed, franco-canadienne, est la Directrice de la Recherche, de l'Innovation et de l'Environnement de Tarkett, un poste qu'elle occupe depuis 2009. Auparavant, elle a occupé entre autres plusieurs postes de direction et de R&D chez Dow Chemicals en Suisse, en Allemagne et aux États-Unis. Ingénieur EAHP en sciences des matériaux & plasturgie, elle a un doctorat en chimie des polymères.

Téléchargez l'interview de Michel Giannuzzi et d'Anne-Christine Ayed en pdf

Nos Publications

Redonner de la perspective aux stratégies entrepreneuriales

13.06.2016
A la découverte de l'ISR... Pour faire résonner performance durable avec respect de ses parties prenantes, quels défis s'imposent aujourd'hui à l'investisseur ? Quelles conditions sont nécessaires pour que l'investissement responsable prévale ? Interview de Geneviève Férone-Creuzet,...Lire

Nos Publications

SPICE, ou comment gérer les paradoxes

14.06.2016
Concilier performance durable et respect de chacune des parties prenantes des entreprises dans lesquelles nous investissons... Paradoxal dites-vous ? Comment convertir une contradiction apparente en force - et ainsi, mener une analyse toujours plus approfondie ?Lire
Chargement

Chargement en cours. Veuillez patienter ...