En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux et d'établir des statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus et paramétrer vos choix, cliquez-ici.
Accepter

NotreMAGAZINE

De vous à nous. Retrouvez les dernières interviews de nos experts, nos évènements marquants, nos points de vue et toutes nos nouveautés.

Panorama sur les marchés

Nos Experts

Forte en rebondissements, l’année 2016 aura été marquée par des événements politiques inattendus, de fortes rotations sectorielles et le début d’une remontée des taux d’intérêt. Qu’attendre de l’année 2017 ? Vers quelles classes d’actifs se tourner aujourd’hui ? Eclairage d’Arnaud d’Aligny.

Des marchés animés par les échéances politiques

L’année 2016 aura été marquée par une volatilité des marchés autour de deux événements politiques majeurs : le référendum sur le Brexit fin juin et l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis début novembre.
L’année 2017 sera, à nouveau, rythmée par plusieurs échéances politiques importantes, qui pourraient être sources d’incertitudes et de pics de volatilité sur les marchés. Tout d’abord les élections aux Pays-Bas mais surtout en France, en Allemagne et peut-être en Italie. Par ailleurs, le probable déclenchement par le gouvernement britannique de l’Article 50 initiant le processus de sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Enfin, l’entrée en fonction et les premières mesures de l’Administration Trump aux Etats-Unis.

La « fin d’une époque » sur les taux d’intérêt et les obligations ?

Un point d’inflexion majeur sur les taux d’intérêt semble avoir été atteint durant l’été 2016, marquant sans doute « la fin d’une époque » après 35 années de baisse continue des taux et de marché haussier pour les obligations. Cette remontée des taux d’intérêt, engendrée par une hausse des anticipations de croissance et d’inflation, se prolongera sans doute en 2017.
D’autant que les politiques monétaires ultra-accommodantes conduites par les banques centrales depuis de très nombreuses années – avec des résultats mitigés – devraient graduellement se normaliser. Ainsi, la Réserve Fédérale américaine devrait, après une hausse de taux très largement attendue pour ce mois de décembre, poursuivre la remontée graduelle de ses taux directeurs l’an prochain. La Banque Centrale Européenne pourrait, quant à elle, initier une sortie de son programme d’assouplissement quantitatif et de rachats d’actifs dans la seconde moitié de 2017, compte tenu de la remontée des anticipations d’inflation.

Une forte rotation sectorielle sur les actions

L’année 2016 aura par ailleurs connu de très importantes variations et dispersions de performance entre secteurs. La hausse des anticipations d’inflation, de croissance et de taux d’intérêt aura notamment déclenché, à partir du mois de juillet, la plus forte et rapide rotation sectorielle depuis 2009. Ce mouvement s’est caractérisé, d’une part, par un rebond puissant des valeurs financières, cycliques et liées aux matières premières et, d’autre part, par une correction significative des titres plus défensifs et sensibles aux taux d’intérêt (télécommunications, « utilities », immobilier, alimentation et boissons).
Seule la santé a résisté parmi les secteurs défensifs, la défaite d’Hillary Clinton soulageant les craintes d’une pression sur les prix des médicaments aux Etats-Unis, craintes qui avaient fortement pénalisé le secteur dans les mois précédents les élections américaines. Cette rotation sectorielle pourrait se poursuivre en 2017, notamment si les taux d’intérêt continuent de remonter. Néanmoins, une part significative des écarts de valorisation entre secteurs a déjà été corrigée.

Un rebond des profits et des marchés actions européens ?

Les valorisations des marchés actions européens demeurent à des niveaux raisonnables et en ligne avec leurs moyennes historiques long-terme mais elles ne sont pas substantiellement décotées non plus (même si elles sont attractives en relatif par rapport à d’autres classes d’actifs) : la croissance des bénéfices des entreprises sera donc le moteur décisif d’une hausse des marchés actions l’an prochain et 2017 pourrait (enfin) marquer l’inflexion à la hausse du profil de croissance des profits européens après 5 années consécutives de contraction.

La croissance des bénéfices des entreprises sera donc le moteur décisif d’une hausse des marchés actions l’an prochain

Certes, les anticipations de croissance des bénéfices pour 2017 sont, comme chaque année, relativement élevées avec une progression attendue de plus de +10% – mais elles ne s’établissent qu’à +5-7% hors valeurs financières et de matières premières. Par ailleurs, la progression de l’inflation, la mise en place de politiques fiscales et budgétaires plus favorables et, enfin, des indicateurs économiques avancés solides en Zone Euro et aux Etats-Unis (intentions d’achats dans l’industrie et les services, confiance des consommateurs, indices de construction) constituent autant de facteurs et signaux favorables à une croissance des bénéfices des entreprises européennes en 2017. Enfin, si les écarts de valorisations entre secteurs se sont réduits ces derniers mois, les dispersions de valorisation entre valeurs au sein d’un même secteur demeurent élevées et proches de leurs plus hauts historiques, offrant un terrain propice à la sélection de valeur (« stock picking »).

Sans prétendre pouvoir prévoir et anticiper les mouvements de marchés et les rotations sectorielles ou de style, nous demeurons convaincus qu’une gestion active, de conviction, éloignée des indices et fondée sur la sélection de valeurs de qualité et présentant une décote de valorisation par rapport à leur valeur intrinsèque constitue la meilleure manière, et en tout cas la nôtre, de générer une performance durable sur le long-terme.

Les opinions et estimations données constituent notre jugement et sont susceptibles de changer sans préavis, de même que les assertions quant aux tendances des marchés financiers, qui sont fondées sur les conditions actuelles de ces marchés. Nous pensons que l'information fournie dans ces pages est fiable, mais elle ne doit pas être considérée comme exhaustive. Ces données, graphiques ou extraits ont été calculés ou effectués sur la base d'informations publiques que nous estimons fiables mais qui toutefois n'ont pas fait l'objet d'une vérification indépendante de notre part. Votre attention est appelée sur le fait que toute prévision a ses propres limites et que par conséquent aucun engagement n'est pris par Sycomore Asset Management quant à la réalisation de ces prévisions. Cette publication n'a pas pour objet d'être une offre ou une sollicitation d'achat ou de vente de quelque instrument financier que ce soit. Les références à des valeurs mobilières spécifiques et à leurs émetteurs sont dans un but unique d'illustration, et ne doivent pas être interprétées comme des recommandations d'achat ou de vente de ces valeurs.

Nos Publications

Rotation sectorielle : un mouvement bien ancré ?

08.11.2016
Le mois d’octobre a été le théâtre d’une forte rotation sectorielle, avec une surperformance des valeurs cycliques au détriment des valeurs défensives. Devant ce constat, plusieurs facteurs rentrent en compte : éléments d’explications et détails sur notre position.Lire

Nos Experts

Eclairage de Laurent Deltour sur Bloomberg TV

14.10.2016
Confronté aux questions soulevées par la déferlante de technologies, l'issue du Brexit pour l'Europe, Laurent Deltour, associé fondateur et président de Sycomore AM, partage son point de vue dans une interview livrée sur le plateau de Bloomberg à l'occasion du Hello Tomorrow Global Summit.Lire
Chargement

Chargement en cours. Veuillez patienter ...