En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux et d'établir des statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus et paramétrer vos choix, cliquez-ici.
Accepter

NotreMAGAZINE

De vous à nous. Retrouvez les dernières interviews de nos experts, nos évènements marquants, nos points de vue et toutes nos nouveautés.

Pour un nouveau pacte alimentaire : plaidoirie pour des pratiques d’approvisionnement durable et responsable

Nos Nouveautés

Dans l'univers de la grande distribution, Système U fait figure de pionnier dans le domaine de l'approvisionnement responsable. Depuis 10 ans, l'enseigne multiplie les partenariats de long terme et mène une politique d'exclusion stricte de composants nocifs pour sa marque de distributeur (Produits U). Serge Papin, PDG de Système U, revient sur cette stratégie payante dans l'interview de notre ISR Way #6 consacrée à la chaîne d'approvisionnement.

Dans votre livre « Pour un nouveau pacte alimentaire », vous plaidez pour des pratiques d’approvisionnement durable et responsable. Comment le groupement coopératif que vous dirigez, Système U, peut-il y contribuer?

La conviction de Système U est que le commerce n’est que le reflet de la société et qu’il évolue avec elle. Ainsi, Système U s’adapte aux demandes des individus qui s’expriment selon 3 composantes intangibles : le consommateur, le client et le citoyen. Le consommateur s’intéresse aux produits qui lui procurent des bénéfices en matière de bien-être et de santé et souhaite de plus en plus préserver l’environnement. Le client recherche une expérience agréable à vivre dans le magasin et du lien avec le commerçant. Le citoyen, quant à lui, est sensible à l’économie locale et à l’activité dans son bassin d’emploi.

L’ambition de Système U est de réconcilier ces 3 composantes au service d’un modèle plus résilient, plus durable. Nous privilégions ainsi l’expérience humaine en magasin par rapport à l’offre digitale, nous mettons en avant le savoir-faire des artisans et des métiers de bouche et nous soutenons les filières agricoles françaises via notre gamme de produits U et nos gammes de produits régionaux provenant de producteurs locaux.

Dans votre vision, quel rôle jouent justement les produits U ? Et quel poids pèsent-ils ?

Dans l’univers alimentaire, les produits U représentent 35% des ventes en valeur (et 45% en volume) contre 15% pour les produits régionaux et 50% pour les marques. Les relations sont très différentes pour chacun de ces trois types de fournisseurs.

C’est le Calisson d’Aix qui paie le Nutella !

Les produits de marques connues constituent la cible privilégiée des comparateurs de prix, ce qui renforce la pression sur leurs prix et réduit fortement la marge pour le commerçant. Le cahier des charges de ces produits est du ressort de la marque et la relation se résume souvent à un rapport de force conventionnel sur les prix. Ainsi, la marge du commerçant qui n’est pas faite sur ces marques doit se reconstituer ailleurs, ce qui nous oblige à « sur-marger » les produits français, régionaux ou locaux, pourtant créateurs d’emplois. D’où un paradoxe aberrant : c’est le calisson d’Aix qui paie le Nutella !

Les produits U visent également à briser ce paradoxe en instaurant des partenariats durables avec des fournisseurs installés en France. Par exemple, nous avons signé un contrat exclusif de 8 ans avec Schreiber Foods pour l’ensemble de nos gammes de yaourts et de desserts lactés. Nous avons également établi un contrat de 5 ans avec Biolait pour 30 millions de litres de lait bio par an. Ces contrats tripartites entre nous, le transformateur et le(s) producteur(s) présentent des avantages pour toutes les parties prenantes : volume, visibilité et qualité des produits. Grâce aux produits U, nous avons la main sur le cahier des charges : nous pouvons donc y inclure des engagements pour la santé du consommateur et pour l’environnement. Par exemple, les produits U ne contiennent pas d’huile de palme ni de parabène.

Concernant les producteurs locaux, ils ont leur place dans le magasin, où des espaces leur sont réservés. Nous avons aussi développé des gammes régionales correspondant à 33 bassins géographiques différents. De manière générale, nous encourageons les relations de proximité entre les fournisseurs locaux et les magasins.

La haute qualité environnementale


Votre politique d’approvisionnement constitue une des clefs de votre stratégie : avec le recul, que qualifieriez-vous de succès et d’échec ?

Notre stratégie pionnière nous a permis d’avoir un temps d’avance sur certains sujets, comme le retrait de l’huile de palme. Face à l’insuffisance de l’offre française de viande de porc issu de l’agriculture biologique, nous avons aussi su investir suffisamment tôt pour sécuriser notre offre sur ce sujet. Mais cette avance sur nos pairs n’est jamais acquise pour longtemps.
Un risque d’échec pourrait venir de l’allocation des moyens, si elle s’avère insuffisante dans certains domaines. Alors que mon mandat prend fin en mai 2018, la personne qui me succèdera devra se donner les moyens d’investir dans l’amont, dans la chaîne d’approvisionnement. Je parle ici d’investissement contractuel, non capitalistique, car nous pratiquons l’intégration verticale via des partenariats de longue durée, mais pas en capital.

Comment contrôlez-vous la qualité et la conformité de vos produits ?

Nous mettons l’accent sur les contrôles qualité concernant les produits U, pour lesquels nous n’utilisons pas seulement de simples négociateurs mais des ingénieurs agronomes. Ceux-ci ont de véritables objectifs de qualité à atteindre dans leur dialogue avec les fournisseurs. Par exemple, les produits U comme les pommes, les kiwis, les pommes de terre ou les brocolis (la liste est loin d’être exhaustive) sont très stricts sur l’usage des herbicides. Des contrôles ont lieu avant la signature des contrats, puis des analyses sont réalisées pendant toute la durée du contrat.

Les 3 piliers du développement durable - Système U


Le comportement des clients change : qu’est-ce qui vous a le plus frappé ces 5 dernières années en la matière ?

Oui, les attentes des clients changent tout et notre mission est de s’y adapter. Depuis 5 ans, ce qui nous frappe chez Système U, c’est la rapidité avec laquelle la sensibilité des clients a évolué sur les atteintes concernant leur propre santé, les autres espèces animales et plus largement l’environnement. Par exemple, il y a 5 ans, nous avions choisi d’exclure le parabène de tous nos produits d’hygiène à cause des risques sur le placenta de la femme enceinte : nous étions les premiers à le faire à l’époque, aujourd’hui c’est devenu la norme. Ainsi, la lucidité des consommateurs est en progrès permanent, y compris sur des sujets techniques comme les nanoparticules ou les perturbateurs endocriniens, qui concernent de très nombreux produits, du colorant dans le cola au dioxyde de titane (E171) dans les bonbons. Les organisations non-gouvernementales de défense des consommateurs, comme Foodwatch ou Que Choisir, y contribuent de manière décisive. La baisse des coûts des analyses qui sont maintenant réalisables par des associations comme 60 millions de consommateurs aide également beaucoup. Enfin, rien de cela ne serait possible sans internet et sans les réseaux sociaux qui permettent la diffusion de ces travaux auprès de tous.

Responsabilité globale

__

Serge Papin Système U

Né le 1 août 1955 à St Gilles Croix de Vie (Vendée). Il est le père de cinq enfants. Ce titulaire d’études secondaires est issu d'une famille de commerçants, déjà adhérents du groupe Système U. Impliqué dans le groupe depuis 30 ans, il occupe, à partir de 1976, le poste de Promoteur des Ventes de la Centrale Régionale de Système U Ouest. Puis, il prend en charge la création du service communication.

Il a dirigé successivement des magasins de différentes tailles, d'un Unico de 300m2 jusqu'à un Hyper U de 4 000 m2. Actuellement, il exploite le Super U de La Chataigneraie dans l'ouest de la France. Serge Papin est Président Directeur Général de Système U depuis 2005, après avoir successivement assumé les postes de Directeur Général de Système U région Ouest, puis de vice-président de Système U.

Retrouvez notre ISR Way #6 en pdf >>

Nos Publications

La chaîne d'approvisionnement : un incontournable

21.07.2017
Que représente la chaîne d'approvisionnement pour une entreprise ? Comment cela se traduit pour l'investisseur qu'est Sycomore AM ? Quels enjeux sont adressés par les différents référentiels publics ? Entrée en matière...Lire

Nos Publications

Synergy Smaller Cies : A la découverte des pépites européennes

17.07.2017
Bienvenue dans le club de nos gérants experts en zone Euro ! Le fonds Synergy Smaller Cies vous propose l'expertise de six spécialistes locaux sur les petites et moyennes valeurs européennes. Une philosophie de cogestion pour être au plus près du terrain et dénicher les pépites. Tour...Lire
Chargement

Chargement en cours. Veuillez patienter ...