En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux et d'établir des statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus et paramétrer vos choix, cliquez-ici.
Accepter

NotreMAGAZINE

De vous à nous. Retrouvez les dernières interviews de nos experts, nos évènements marquants, nos points de vue et toutes nos nouveautés.

Sycominute(s): Les marchés européens en proie aux troubles

Nos Nouveautés

Alors que les marchés US battent de nouveaux records, la situation est plus tendue en Europe. En cause, les troubles géopolitiques et macroéconomiques venant de Turquie, des pays émergents, d'Italie, le tout sur fond de guerre commerciale. Retour sur l'actualité du mois d'août avec notre gérant Arnaud d'Aligny.

Syco Minute

Si les marchés américains ont continué leur progression en août – le S&P 500 et le Nasdaq s’établissant à de nouveaux plus hauts historiques après avoir connu leur meilleur mois d’août depuis 18 ans – les marchés actions européens ont, quant à eux et après leur rebond du mois de juillet, souffert en août du retour des risques géopolitiques et macroéconomiques concernant notamment :

  • la crise en Turquie : après le refus d'Erdogan de libérer un pasteur américain soupçonné d'être mêlé à des actes terroristes, les Etats-Unis ont décidé de doubler les taxes sur l'acier et l'aluminium entraînant une réponse adverse d'augmentation des tarifs sur les boissons alcoolisées, le tabac ou encore le riz. La lire turque a perdu 17% en une journée, 33% sur le mois d’août et 42% depuis le début de l’année.
  • les craintes de contagion aux pays émergents (peso argentin en recul de 50% YTD) et aux banques.
  • les tensions sur la dette souveraine italienne : le taux à 10 ans italien s’est inscrit en hausse de 52 pb en août pour atteindre 3.24% au 31.08 et le spread avec le Bund se situe à son plus haut niveau depuis la formation du nouveau gouvernement. Il est probable que les agences de rating abaissent la note de la dette italienne d'un cran. Si le ministre des finances a assuré que son pays respectera les règles budgétaires européennes, les deux leaders des partis au pouvoir ont indiqué que rien ne devrait entraver les réformes promises et qu'ils étaient prêts à aller au conflit avec Bruxelles. Le gouvernement dispose d'environ 30 milliards d'euros (2% du PIB) pour financer ses réformes et respecter les critères de déficit européen, mais le coût des réformes serait plus proche de 100 milliards d'euros. Ces inquiétudes on fortement pénalisé le secteur bancaire européen.
  • la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine : les négociations ont repris, mais se sont rapidement tendues à l’approche du 5 septembre, date à laquelle Trump prévoit l’application de nouveaux tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars d’importations chinoises.

Par ailleurs, la saison des résultats du deuxième trimestre, qui touche à sa fin, s’est révélée solide et les dirigeants d’entreprise affichent une certaine confiance pour le second semestre. Une forte dispersion de performances entre secteurs et entre valeurs a néanmoins continué d’être observée en août.

Retrouvez nos reportings ainsi que les analyses de nos gérants :
Cliquez sur ce lien pour accéder aux reportings CGPI.
Cliquez sur ce lien pour accéder aux reportings Institutionnels.

Pour plus d'analyses et d'actualités, suivez Sycomore AM sur Twitter et LinkedIn.

Les opinions et estimations données constituent notre jugement et sont susceptibles de changer sans préavis, de même que les assertions quant aux tendances des marchés financiers, qui sont fondées sur les conditions actuelles de ces marchés. Nous pensons que l'information fournie dans ces pages est fiable, mais elle ne doit pas être considérée comme exhaustive. Ces données, graphiques ou extraits ont été calculés ou effectués sur la base d'informations publiques que nous estimons fiables mais qui toutefois n'ont pas fait l'objet d'une vérification indépendante de notre part. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Nos Publications

De l'intérêt de l'entreprise à mission

10.07.2018
Si, historiquement, l’entreprise a une obligation fiduciaire de générer des profits au seul bénéfice de ses actionnaires, il y a une prise de conscience aujourd’hui sur le fait que le rôle de l’entreprise, et de l’économie de marché en général, ne peut se réduire à cela. En...Lire
Chargement

Chargement en cours. Veuillez patienter ...