En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux et d'établir des statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus et paramétrer vos choix, cliquez-ici.
Accepter

NotreMAGAZINE

De vous à nous. Retrouvez les dernières interviews de nos experts, nos évènements marquants, nos points de vue et toutes nos nouveautés.

Dossier : La préservation du capital naturel doit être une préoccupation centrale pour les investisseurs

Nos Publications

La préservation du capital naturel n’est pas seulement l’affaire des ONG spécialisées, ou même des Etats. Le secteur privé, et a fortiori le secteur financier, doivent placer cette thématique au cœur de leurs préoccupations. Eclairage, au fil du dossier co-produit par Sycomore AM et l'AGEFI Hebdo.

Il est toujours bon de se souvenir de l’histoire de la pensée économique, mais il faut parfois savoir la remettre en cause. « Les richesses naturelles sont inépuisables (...). Ne pouvant être ni multipliées ni épuisées, elles ne sont pas l’objet des sciences économiques », pouvait ainsi écrire Jean-Baptiste Say au début du 19e siècle. L’humanité ne comptait alors qu’un milliard d’individus et elle n’avait pas encore découvert le moyen d’exploiter massivement ce qui allait devenir l’or noir. Deux siècles et trois chocs pétroliers plus tard, la thèse ne tient plus et la surexploitation par l’homme des ressources disponibles n’est plus à démontrer. Chaque année, le Global Footprint Network évalue l’empreinte écologique humaine globale et la met en rapport avec la capacité de la Terre à régénérer ses ressources et à absorber les pollutions. Au rythme actuel, l’ONG américaine estime ainsi que nous consommons 1,7 planète Terre par an. Autrement dit, le « Jour du dépassement », c’est-à-dire le jour de l’année à compter duquel nous avons épuisé les ressources que nous devrions nous accorder sur une année entière, est intervenu dès le 1er août 2018 : la situation ne fait que s’aggraver depuis l’aube des années 1970, période où l’équilibre était encore à peu près respecté. Concernant le changement climatique, le dernier rapport du Groupe Intergouvernemental sur le Climat (Giec), publié début octobre 2018, tire plus que jamais la sonnette d’alarme, estimant qu’il faut agir immédiatement et fortement pour éviter que le réchauffement de la planète aille au-delà de 1,5 degré et qu’au-delà, les impacts du réchauffement seront exponentiels : précipitations extrêmes, diminution sévère des rendements de la pêche ou de l’agriculture...

Cliquez ici pour accéder à notre dossier sur le capital naturel

Nos Publications

Accompagner le développement d'un monde plus durable

14.11.2018
A l’heure de la loi PACTE, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances, partage avec nous sa vision de la Finance Utile, du rôle des acteurs de la finance ainsi que de l’Etat pour que le changement de paradigme en cours puisse atteindre le plus grand nombre. Explications.Lire

Nos Publications

L'assurance vie pour investir responsable

14.11.2018
Vous dire qu’il est possible de favoriser la transition écologique et énergétique ou de laisser une empreinte sociale positive tout en faisant fructifier votre argent… Trop beau pour être vrai ? Sycomore AM publie son guide sur l'assurance vie ISR.Lire
Chargement

Chargement en cours. Veuillez patienter ...